Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Club Affilié Fsgt

  • : Plougastel Sports Nature
  • Plougastel Sports Nature
  • : Association sportive située à Plougastel-Daoulas. Nous pratiquons le VTT, TRAIL et RAIDS multisports en compétition ou loisir.
  • CONTACT
  • FACEBOOK du Club

Le Forum

Plougastel'VTT

 

 

Nos Partenaires

   

 

   

  

3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 21:50

DSCN2553

uB1gmzJ9P1ymafblUaeN7qHeS7U

 

William Guerer à participé au Trail de la Vanoise à la Mi-Aout: TGC 65km


Départ de la course 5h du matin … Température douce, tout le monde en manches courtes.

Ca présage une bonne journée.
J’arrive dans le box.. Contrôle de sac, ouf pas le mien … Le stress monte à la vue des autres coureurs. On dirais tous des pros des magazines … Mais qu’est ce que je fous la moi … J’ai même pas de bâtons..
Hop c’est parti : 1100m D+ pour 6 km ; on était prévenu. Ca allait être du costaud dès le début.
La première montée avalée en 1h20 dans un bon rythme vu que nous laissons un gros bout du peloton derrière nous. Pas le temps de récupérer et d’admirer le lever de soleil : une simple bordure de 1 m de large au sommet (2500 m), puis nous dévalons une longue descente dans les roches, puis dans une forêt de pin.
Au Km 12, premier ravitaillement. Je suis ko. Je marche déjà, et comprend que c’est une autre façon de pratiquer notre sport. Je suis dans les 50 sur les 180 du départ. 
Apres le ravitaillement, tout de suite un «  raidillon «  comme ils disent, avec 200m D+ pour moins d’1 km qui me scotchent sur place.

Les autre gars me motivent et j’accroche le wagon. 
On enchaine avec la fin de la descente  et du plat sur quelques kms pour arriver au second ravito Au km 25,On est à 1400 m d’altitude. Les gens marchent sur cette partie «  courable «.

J’en profite pour rejoindre ceux m’ayant lâché dans la descente, car je connais la suite et je ne veux pas être seul.
Une longue montée pour rejoindre les hauteurs de Tignes : 2 heures de marche à 6-7 km/h et quelques petites foulées rapide pour grimper les 1200 m D+ . Cette montée est moins raide mais plus longue ( 15 km ). Quelques gars s’accrochent à moi. Ca me remonte le moral. Le soleil et les premières douleurs sont bien la. Cette grimpette est interminable … Mais le paysage motive. 
Une fois en haut ( 2600 m ) nous redescendons à Tignes Val-Claret (2100m ) pour le ravito de milieu de parcours.
Cette descente dans les pierres sera la première galère de la journée. Les ampoules et un point de coté m’empêchent de courir. Je comprends à ce moment pourquoi les autres coureurs évitaient de courir dans les ruisseaux. Ce n’était pas par flemme mais pour préserver leurs pieds.
Première leçon de la journée : Faire comme les autres quand tu ne connais pas le milieu dans lequel tu te trouves.
Je repars très vite du ravitaillement pour la montée suivante. On reprend la marche, il reste encore 27 km au départ du ravitaillement.
9 km de montée plus tard, le point le plus haut du parcours, env. 2700 m et un peu de fraicheur dans les névés restants. 

Cette partie est désertique, lunaire, de la roche, quelques lacs, de la neige et un refuge pour le 4 ème ravitaillement. Les bénévoles nous mette en garde pour la difficulté suivante. Je n’y crois pas trop et repart très vite. Nouvelle descente, pas très raide mais très technique car il y a beaucoup de rocher sur le chemin. Je sens mes ampoules « exploser «  dans les chaussures. A ce moment, ca devient plus douloureux de descendre que de monter. On suit un torrent depuis le ravitaillement. C’est magnifique.

Mais la difficulté n’est pas loin. On quitte le chemin principal , pour une montée en lacets de 300mD+ pour 1km de long. Et le soleil cogne au plus fort. Pas d’air sur ce versant de la montagne. J’ai tellement chaud, que je ne transpire plus. Ma casquette est complètement sèche. Je me force à boire.
Le moment émotion de la journée : Je croise d’abord 2 marmottes qui traversent le GR à quelques mètres devant moi. Puis le lacet suivant, 2 chamois en train de profiter du spectacle des coureurs. Un de chaque coté du chemin (à 2-3 mètre seulement). C’est peut être mon imagination, mais ils avaient un air moqueur en me voyant tirer la langue.
Fin de cette dernière montée, j’arrive sur un plateau toujours autant désertique avec le refuge en point de mire et le dernier ravitaillement.

On est de retour à 2500m
Le bénévole m’annonce 1h pour les 7km et 1100 m D- restant. Ma fierté en prend un coup et je me lance comme un fou dans la pente et les pierres, serrant les dents pour faire passer la douleur des cuisses et des ampoules. J’arrive à laisser un coureur qui m’accompagnait depuis un moment, mais je me fais aussi doubler par un autre.

Je suis impressionné par le gars qui me dépose littéralement alors que je peux à peine courir.
Le moment le plus difficile de la journée et le plus douloureux.

Mais le public présent sur les bords du GR, rappelant les fans du tour de France, me motivent énormément et me force à courir.
Résultat, je descend en 45 minutes pour rejoindre la ligne d’arrivée.
Je passe la ligne et retrouve enfin Christelle et Clément qui m’attendent depuis une heure …
Je boucle donc mon premier vrai trail de montagne en 11h19 et 53 ème place sur 180 partants.
Content d’avoir fini mais une impression d’avoir pu faire mieux sans les ampoules ni le point de coté qui aura duré près de 6h non stop … 
Voila, c’était mon Tour de La grande casse 2013 – 65 km et 3850 m D+.

Vivement l’année prochaine pour recommencer …"


profil-tgc

 

TGC-3D-7-1

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Plougastel Vtt Sports Nature - dans News