Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Club Affilié Fsgt

  • : Plougastel Sports Nature
  • Plougastel Sports Nature
  • : Association sportive située à Plougastel-Daoulas. Nous pratiquons le VTT, TRAIL et RAIDS multisports en compétition ou loisir.
  • CONTACT
  • FACEBOOK du Club

Le Forum

Plougastel'VTT

 

 

Nos Partenaires

   

 

   

  

19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 21:59

744363-1010-0048s    Maillot.jpg

Pour changer des chemins boueux Denis s'en est allé outre Atlantique pour user le bitume New Yorkais lors du marathon!! Voici son sympathique récit de course:

"L’aventure a commencé il y a environ 1 an ½, au moment de l’inscription, mais j’ai eu les 2 pieds – ou plutôt les 2 baskets en plein dedans à mon retour de vacances, le 27 août précisément pour une préparation de 2 mois ½ avec 5 sorties/semaine. Malgré les 2 premières semaines qui ont été très difficiles, ça n’a été que du bonheur tout au long de mes entrainements en solitaire. La dernière sortie longue je l’ai faite accompagné de Florent sur la moitié du parcours, à la sensation (mon GPS m’ayant fait un caprice). Et les sensations étaient plutôt bonnes, puisque mon allure était proche de celle visée au Marathon (12km/h), je pouvais donc partir confiant.

Nous sommes arrivés à New York jeudi  31 en soirée, avec  5 heures de décalage horaire. Les journées de vendredi et samedi ont été intenses, pas vraiment propices au repos ! 

Le vendredi départ de l’hôtel à 8h00 pour un retour 23 heures. Visite guidée de la ville le matin, l’après-midi nous sommes allés chercher nos dossards : organisation tip top, pas d’attente malgré le nombre impressionnant de coureurs (51 000). Notre dossard en poche, on peut accéder aux stands des nombreux partenaires : tout y est, des centaines de m2 dédiés au running (textile, électronique, chaussures, récup, accessoires, alimentation…). La carte est chauffée à blanc pour certains ! Le reste de l’après–midi on s’est baladés, notamment à Time Square, avec ses écrans géants qui parfois prennent toute la façade des immeubles ! on connait déjà pour l’avoir vu à la télé, mais vu d’en bas c’est impressionnant, on se sent tout petit. Le soir on file à Central Park, qui sera  le site d’arrivée : c’est la parade de toutes les nations avec feu d’artifice, la fête commence, on y est enfin ! on s’installe sur les gradins réservés aux officiels pour le jour de la course, on applaudit, on rit, on crie, on ressent tous à peu près les mêmes émotions au même moment, c’est le premier évènement fort. Allez il se fait tard, on prend le subway, retour à la chambre.

Samedi matin on réduit un peu le rythme : départ vers 10h, retour vers 21h00, avec un autre moment important : la PASTA PARTY ! Avec  51000 marathoniens il faut étaler les services : pour nous c’est 16h30. On passe les contrôles de sécurité, l’accueil est grandiose : musique, applaudissements, clameur, photographes : les héros du jour, c’est nous ! encore des frissons, on sent les poils qui se hérissent, bref c’est intense.

Dimanche, lever à 4h15 : dans 5h30 les premiers partiront, pour les derniers ce sera dans 6h45. On prend un pdj copieux, et quittons l’hôtel à 5h00 : 20 minutes de marche jusqu’au Ferry, contrôle des sacs, et une traversée de l’Hudson River qui va durer 30mn. Ensuite 30 mn de car jusqu’au site d’arrivée :  le Fort Wadsworth. Recontrôle des sacs, détecteur de métaux, ici on ne badine pas avec la sécurité (10 000 policiers dont la moitié en civil ont été mobilisés). 
Chacun se dirige vers son village de départ (bleu, vert ou orange).  Explications : le marathon se fait en 4 vagues de départs : 9h40, 10h05, 10h30 et 10h55. Pour chaque départ, il un a 3 couloirs identifiés par une couleur (bleu, vert, orange) et dans chaque couloir il y a des sas, jusqu’à 7 (les plus rapides au début). Après quelques km de courses, les 3 couloirs finissent par se rejoindre.
L’attente commence, et ce matin il fait froid. Il y a des tentes mais pas de place pour tout le monde. Je prends un thé bien chaud, un bagel, je m’allonge sur la pelouse et essaie de rester serein, les yeux fermés, perdu dans mes pensées…  Zut j’ai pas vu l’heure passer, je vais être en retard pour rejoindre mon sas, mon départ est prévu dans moins d’une heure !  Je me change rapidement, et rejoins le camion UPS qui prend en charge mon sac que je retrouverai à l’arrivée. Départ dans 45’, maintenant il faut que j’aille vidanger, près de 20’ d’attente !  J’arrive enfin au contrôle pour rejoindre mon sas, mais j’ai ½ heure de retard : ceux qui entrent c’est pour le 2nd départ à 10h05 ! C’est bon, je passe et commence à remonter les coureurs. Finalement je resterai  dans la 2nde vague de départ, j’ai repéré le meneur d’allure 3h30.
10H00 : miss New York nous chante une petite chanson et le départ est enfin donné ! Tout de suite on emprunte le pont Verrazano (3.2 km), et ça monte. Je suis sur la partie supérieure, la plus exposée aux vents, mais on a une vue magnifique. Juste au-dessus de nous  4 hélicos en stationnaire, en bas un bateau-pompier qui  crache de l’eau. Mince je perds de vue mon meneur ! Il m’a déjà mis 200m dans la vue et on est seulement à la moitié du pont, je commence déjà à regretter nos longues marches dans NY. J’accélère un peu et le rejoins rapidement, je réduits l’allure. A la sortie du pont je suis à 12.2, et le dépasse tranquillement. On entre dans Brooklyn : après le vacarme des hélicos c’est celui du public ! les drapeaux s’agitent, les cloches teintent, ça applaudit, ça crie, ça encourage. Des centaines  - non des milliers d’américains, mais aussi des français, ialiens, belges ,mexicains, australiens, brésiliens, allemands et des bretons… sont massés pour nous encourager.

Je crois qu’on a tous ressenti  les même émotions, certains ont même pleuré ! C’est fort, c’est incroyable ! on est dans la fête, la fête c’est nous ! on tape dans les mains de nos supporters d’un jour, et nous aussi on crie « Allez la France » « Allez la Bretagne » « Allez PVSN » (non là je blague).

On enchaine les quartiers, les groupes de musique,  les avenues qui font des km, mais le public est là, c’est lui que l’on regarde pas le bout de la rue que l’on distingue à peine tellement il est loin. Subitement, nos supporters se font plus rares, quasi inexistants. C’est silencieux, étrange : nous entrons dans Wiliamsburg, le quartier juif. Visiblement ils subissent  la fête, ce ne sont pas des joyeux ! KM 21.1, déjà la moitié de fête ou faite (rayer la mention inutile), 12.8 de moyenne !  Florent m’avait dit « tu verras, pour un marathon, tu es dans le dur tout du long ».

Qu’est ce qu’il raconte le coach ? Même pas vrai, je suis en pleine forme, moi ! Mais pour ne pas lui donner tort, je décide d’accélérer un peu sur la 2nde moitié. Un 13.2 ce serait pas mal !

Et effectivement ça devient plus difficile. Ici pas de montées franches, mais des km de faux plats ! Je ne me souviens plus précisément à quel moment j’entre dans le dur, mais j’y suis ! Je fais un peu moins le malin maintenant, la dernière fois que j’ai crié « Allez les Bretons » je l’ai payé cash. Alors je me concentre plus sur ma course. Le 13.2 on laisse tomber, mais je m’y suis accroché trop longtemps. Il faut que je limite la casse. Sur les derniers km les jambes deviennent dures, mais j’avance toujours, porté par le public.

Quand enfin on entre dans Central Park, il reste 3.5 km, et fini les faux plats : maintenant c’est vallonné ! Je sens 4 belles crampes qui ne demandent qu’à s’exprimer (les quadri et les mollets), surtout ne pas forcer, je ne veux pas finir comme ces dizaines de marathoniens qui sont à l’arrêt ou qui marchent comme des vieillards ! Et pourtant à 2km de l’arrivée une fraction de seconde j’ai failli me mettre à marcher – p….n Denis tu fais un marathon, pas un trail ! Finalement je finirai dans Central Park à 7’ du kilo (pour les 2 derniers), et je franchi la ligne d’arrivée comme un vainqueur. On me passe la médaille de Finisher autour du cou, maintenant je peux marcher comme un vieillard, je m’en fou, j’ai vécu un évènement incroyable, avec un public incroyable, et des coureurs tout aussi incroyables.
Pour mon 1er marathon j’ai mis 3h24’04’’, pour un objectif 3h30. La tendance est plutôt à l’inverse, je ne peux donc qu’être satisfait, et cerise sur le gâteau je finis 1er de mon groupe ! j’étais le héro du jour cheers . Au classement général  je finis 3384ème sur 50740.


On a évoqué la participation à un autre marathon d’ampleur internationale, le nom de Tokyo a circulé. Chiche ?"

Parcours sur Openrunner : ID 3040999

Partager cet article

Repost0
Plougastel Vtt Sports Nature - dans News