Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Club Affilié Fsgt

  • : Plougastel Sports Nature
  • Plougastel Sports Nature
  • : Association sportive située à Plougastel-Daoulas. Nous pratiquons le VTT, TRAIL et RAIDS multisports en compétition ou loisir.
  • CONTACT
  • FACEBOOK du Club

Le Forum

Plougastel'VTT

 

 

Nos Partenaires

   

 

   

  

19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 19:44

Sans-titre-copie-1.png

 

Aude et Cédric ont participé à la SaintéLyon, un 75km bien au frais!


"Notre participation s'est décidée cet été. Je voulais depuis longtemps y participer et là deux éléments m'ont décidé à franchir le pas : le 60 eme anniversaire de la course qui en faisait une édition forcément particulière et la possibilité de collecter 2 points dans le cadre de la qualification à l'UTMB.

La première épreuve est logistique, pour se rendre à Lyon depuis Brest sans laisser trop d'énergie dans l'affaire. Samedi midi nous embarquons donc à Nantes dans le TGV pour Lyon et là nous entrons déjà dans la course, près de la moitié des passagers étant des coureurs, facilement repérables avec leurs camel back dépassant du sac ou les tshirts "finisher" des années précédentes.
Arrivés à Lyon, direction le stade Gerland pour récupérer nos dossards. Nous commençons à prendre l'ampleur de la course : les coureurs convergent par centaines vers la patinoire où est assuré le retrait des dossards. L'arche d'arrivée est dressée au centre de la patinoire. On espère la franchir dans quelques heures... Le retrait des dossards est efficace malgré la foule et après un rapide tour du village exposants nous décidons de ne pas traîner et de nous rendre à St Étienne pour pouvoir nous reposer avant le départ.
Arrivés à St Étienne nous rejoignons les premiers coureurs et improvisons un petit campement dans le grand hall du parc expo. Les habitués ont prévu matelas de sol et duvets, pour nous ce sera à même le sol enrobés de notre couverture de survie. Encore 5 heures à tuer d'ici le départ...
20h30 direction la pasta party puis retour à notre campement improvisé pour nous mettre en tenue de course et essayer de fermer un peu les yeux, difficile avec les milliers de personnes qui grouillent dans le parc expo et l'excitation qui monte.
23h00 on pose les sacs à la consigne. 23h30 on va se positionner sur la ligne. Pour éviter d'être englué dans le trafic, je me positionne dans le premier quart de la file. La température est en dessous de zéro mais l'excitation prend le pas sur le froid car après cette longue attente j'ai vraiment hâte de partir.

Minuit, le starter nous libère. Près de 10000 frontales déchirent la nuit : un sacré spectacle.
Les 5 premiers kilomètres sont urbains et très roulants. Les larges avenues me permettent de doubler et je force un peu l'allure pour correctement me positionner avant les parties techniques. Une première côte met un bon coup de frein au peloton, puis nous nous engageons sur un chemin. Au bout de quelques centaines de mètres celui ci n'est plus dégagé et nous courrons sur la neige, les chutes (de neige) ayant été abondantes deux semaines plus tôt. Pour l'heure ce sont plutôt les coureurs qui chutent.
S'ensuivent environ 5 kilomètres qui resteront gravés dans ma mémoire de coureur : un chemin de crête, le paysage enneigé éclairé par nos frontales, un magnifique ciel étoilé, un serpent lumineux constitué par le peloton qui s'étale déjà sur plusieurs kilomètres...la Saintelyon comme je l'avais rêvée.
Les sensations sont bonnes et les portions de neige me réussissent plutôt pas mal me permettant de doubler, notamment en descente. Je passe sans m'arrêter le premier ravito à St Christo en Jarez (333ème).
Les 15 km qui suivent alternent chemins enneigés et petites portions de bitume avec quelques bonnes montées. Chaque village traversé offre une ambiance de tour de France : trompes, cloches, encouragements. il est pourtant près de 3 heures du matin...
Je continue de doubler et franchit le ravitaillement de Ste Catherine (30 km) 280ème. Ça commence à devenir un peu plus dur mais globalement ça va. La température est encore descendue avec l'altitude.
Et là au km 32, la tuile ... Sur une portion de bitume, je n'anticipe pas une plaque de verglas et chute lourdement, ma tête heurtant le sol. Je me relève péniblement, assisté par un autre coureur et met un petit moment à reprendre mes esprits, le choc m'ayant coupé le souffle. Premier bilan : un gros hématome au genou gauche et l'arcade sourcilière légèrement ouverte. Moins visible, le mental en a également pris un coup...je repars en marchant pendant quelques centaines de mètres puis trottine de nouveau. La situation n'est pas brillante, mon genoux est douloureux, j'ai le moral dans les chaussettes, je tourne au ralenti, je me fais doubler par des wagons entiers et il reste 42 km à faire : un marathon...
J'arrive au pied de la plus grosse difficulté de la course, une montée infernale dans le bois d'arfeuille. Dans cette montée terrible, tout le monde marche et je sens que les autres coureurs aussi commencent à marquer le pas. Au moins cela met un coup d'arrêt à l'hémorragie au classement et sans redonner des ailes, cela constitue une première opportunité de me relancer dans la course. 
J'atteins enfin le ravito de st Genoux ( un patron des coureurs à pied sans doute) en 458 eme position et m'octroie une bonne pause : une première soupe, une deuxième, tuc, saucisson sec. Ça commence à aller mieux. On ne vantera jamais assez l'impact du saucisson sur le moral du coureur à pied...
Encore un peu de répit et c'est reparti. Je me cale sur un rythme plutôt lent mais privilégie la régularité sur cette seconde moitié de course qui est relativement roulante et déneigée. Je me fixe des objectifs tous les 5 km et je recommence à doubler. Je passe le ravito de Soucieux (km55) en 392eme position. Les kilomètres paraissent de plus en plus longs, je regarde ma montre de plus en plus fréquemment et suspecte même mon GPS de me jouer des tours. 
Allez, dernier ravito à 7 km de l'arrivée, au pied d'une énorme côte (16 à 18%) et descente sur Lyon sur laquelle le soleil vient de se lever.
Les 2 derniers km dans un parc sont interminables. Enfin la dernière ligne droite avant d'entrer dans la patinoire et de franchir l'arche tant espérée au terme de 8h30 d'efforts en 369 eme position. Épuisé mais heureux d'avoir bouclé cette course pas comme les autres.
Aude finira en 11h14 en 2874 eme position dans la première moitié des coureurs."

Le Film de la Course
 


Partager cet article

Repost0
Plougastel Vtt Sports Nature - dans News